Clermont-Ferrand : un peu de repérage préliminaire pour le commentaire de cartes

Le propos qui suit est surtout destiné à des Khâgneux qui sont amenés à faire du commentaire de cartes pour les épreuves des concours. Il ne s’agit pas d’un commentaire mais des préliminaires qu’on doit chercher automatiser pour toutes les cartes présentant une ville d’une certaine importance.

Première idée : visualiser l’espace qu’on va étudier en choisissant quelques photos

L’idée est d’avoir en tête quelques images à partir desquelles on va pouvoir mémoriser beaucoup d’éléments de connaissance d’où les 4 photos qui suivent

Le Puy de Dôme (1465 m) avec à son sommet un pylône de 73 m (relais TDF de 1956), au second plan la plaine de Grande Limagne où se trouve l’agglomération de Clermont-Ferrand, tout à l’arrière-plan la chaîne des Alpes (située à environ 300 km plus à l’Est).

Vue depuis Clermont-Ferrand avec au premier plan les 2 flèches de la cathédrale construite en pierre volcanique, à l’arrière-plan le sommet enneigé du Puy de Dôme
Siège de l’entreprise Michelin à Clermont-Ferrand (avec à l’arrière-plan la Chaîne des Puys). L’entreprise fondée en 1889 emploie environ 110 000 salariés à travers le monde et est l’un des leaders mondiaux des pneumatiques (avec le Japonais Bridgestone, l’américain Goodyear)
Le tramway sur pneumatiques inauguré en 2006 aujourd’hui 34 stations et 5 parkings-relais et une ligne de 15 km : un équipement nécessaire pour une aire urbaine de près de 500 000 habitants organisée dans une nouvelle structure : Clermont-Ferrand métropole qui regroupe 21 communes et compte près de 300 00 habitants

Quels clichés sont associés à la ville de Clermont-Ferrand ?

Pour moi il y en a 2 indispensables (volcans et Michelin) et un 3e plus érudit (appel à la Croisade du pape Urbain II au Concile de Clermont en 1095 –car un Khâgneux étudie également l’histoire et c’est souvent par ce biais qu’il devient éventuellement géographe– !).

CLG 2022 Un schéma simplifié avec les toponymes à retenir

C’est en fonction de ces clichés qu’un document d’accompagnement serait vraisemblablement choisi pour orienter le commentaire : personnellement la géographie industrielle m’intéresse davantage (donc je choisirais un document en lien avec l’entreprise Michelin) (voir l’article Pour une véritable étude de la géographie industrielle de la France au lycée !) mais le tourisme et l’écologie sont beaucoup plus à la mode donc on aurait plutôt un document en lien avec les volcans.

Premier cliché : les volcans d’Auvergne aujourd’hui classés au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2018 comme bien naturel et sous le nom de « Chaîne des Puys/faille de Limagne » (voir l’article Vulcania : comment valoriser aujourd’hui des volcans éteints depuis des siècles ?). Pour les élèves qui ont choisi la spécialité HGGSP au lycée, il y avait un thème en terminale sur le patrimoine à travers lequel on a beaucoup parlé du patrimoine mondial de l’UNESCO (voir aussi L’UNESCO et le patrimoine culturel mondial )

Des repérages toponymiques indispensables pour étudier la géographie de la France

Le Puy de Dôme (1465 m d’altitude) se trouve à une quinzaine de kilomètres à l’Ouest de Clermont-Ferrand. Ce n’est pas le plus haut sommet du Massif Central : le point culminant est un autre volcan un peu du même type le Puy de Sancy (1886 m), situé à 35 km au sud-ouest de la ville.

Ces 2 cônes volcaniques appartiennent ce qu’on appelle la « chaîne des Puys », le terme de « puy » est le nom utilisé dans la toponymie locale pour désigner un cône volcanique.

Ce premier cliché permet de mémoriser des toponymes indispensables pour la suite : ceux des cours d’eau français (qui ont donné leur nom à beaucoup de nos départements, ceux des montagnes), ceux des régions historiques avant la Révolution et ceux de « pays », petites régions dont seuls les habitants connaissent aujourd’hui les noms et la localisation .

D’où ces quelques tableaux récapitulatifs (qu’on peut faire pour toute la France).

Le nom du département où se trouve Clermont-Ferrand est le « Puy-de-Dôme » (avec 2 tirets), n°63 de la liste (numéro sur les plaques d’immatriculation et débuts des codes postaux). Clermont-Ferrand en est la préfecture et de très loin la plus grande ville à la fois du département et de la région Auvergne.

Pour bien comprendre ce cadre administratif français et son origine se reporter à un article Le découpage administratif et politique du territoire français et son évolution qui explique notamment ce nouveau vocabulaire des CC (Communautés de Communes) (en milieu rural), CA (Communautés d’Agglomération) (villes moyennes) et « Métropoles ».

On se rend compte sur ce tableau qu’il n’y a qu’une seule ville importante dans ce département (Clermont-Ferrand) et que les sous-préfectures sont de petites villes très peu connues.

On se trouve dans une région qui historiquement (avant la Révolution) s’appelle l’Auvergne.

Ce nom a été repris quand on a fait le découpage de la France en 22 régions dans l’après-guerre (1956) : l’Auvergne compte alors 4 départements du Massif Central : Puy-de-Dôme, Allier, Haute-Loire et Cantal.

On a là 2 noms de cours d’eau – l’Allier qui coule dans la plaine de Limagne vers le Nord et se jette dans la Loire et 2 noms de montagnes –le Cantal est cet immense volcan au sud de la chaîne des Puys-)

Là encore on découvre qu’en Auvergne il n’y a aucune autre ville importante que Clermont-Ferrand, que le département du Puy-de-Dôme concentre plus de la moitié de la population et que cette région de moyenne montagne présente des densités parmi les plus faibles de France, dès lors qu’on s’éloigne de l’aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Mais depuis 2015, avec la restructuration de la France métropolitaine en 13 grandes régions, l’Auvergne est regroupée avec Rhône-Alpes pour former une grande région appelée  « Auvergne-Rhône-Alpes » et contrairement à d’autres régions de France on n’a pas cherché ou pas trouvé de nom plus court).

Sa capitale est la métropole régionale de Lyon (environ 2,3 millions pour l’aire urbaine lyonnaise).

Ainsi cette région Auvergne-Rhône-Alpes est aujourd’hui la 2e région française en terme de population (7,9 millions d’habitants) après l’Île-de-France (12 millions d’habitants).

Elle présente des écarts de densités très importants entre les aires urbaines (Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand, Saint-Etienne) et les zones de moyenne et haute montagne.

Les aires urbaines mentionnées dans la dernière colonnes correspondent grosso-modo à des villes qui ont un poids démographique et un rôle un peu comparable à Clermont-Ferrand pour leur petite région.

Un géographe Khâgneux doit être capable de toute les placer sur une carte, d’avoir en tête les clichés et toponymes associés.

Attention les chiffres de population et de densité sont des ordres de grandeur arrondis et donc plus faciles à mémoriser et comparer.

2 réflexions sur “Clermont-Ferrand : un peu de repérage préliminaire pour le commentaire de cartes

  1. Pingback: Métropole, Communauté d’agglomération, Communauté de Communes : l’exemple du Puy-de-Dôme – Histoire, Géographie, Géopolitique, Sciences Politiques au lycée

  2. Pingback: Pourquoi faire de la géographie régionale de la France ? – Histoire, Géographie, Géopolitique, Sciences Politiques au lycée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s